mercredi 15 janvier 2014

Les bases de la Sâdhanâ - le Mental (article en plusieurs parties- partie 3)




La différence entre un mental vide et un mental calme est celle-ci : lorsque le mental est vide, il n’y a pas de pensées, pas de conception, pas d’action mentale d’aucune sorte, sauf une perception essentielles des choses sans formations d’idées.

Tandis que dans le mental calme, c’est la substance de l’être mental qui est immobile, si immobile que rien ne la trouble. 

Si des pensées ou des activités se produisent, elles ne s’élèvent pas du tout du mental, elles viennent du dehors et traversent le mental comme un vol d’oiseaux traverse le ciel dans l’air immobile. Ils passent, ne troublent rien, ne laissent pas de trace. Même si un millier d’images ou les évènements les plus violents traversent le mental, son immobilité paisible demeure, comme si la texture même du mental était faite d’une substance de paix éternelle et indestructible.

Un mental qui a acquis ce calme peut commencer à agir, même intensément et puissamment, mais il conservera son immobilité fondamentale, ne produisant rien de lui-même mais donnant une forme mentale à ce qu’il perçoit d’en haut, sans rien y ajouter du sien, avec calme et impartialité, et pourtant dans la joie de la Vérité et dans la puissance et la lumière heureuses de la transmission.

 Extraits de Lettres sur le Yoga - Tome 3.